92es Courses Int. Lauberhorn 14 - 16 Janvier 2022
Wengen

CRAZY CANUCKS

Qui sont-ils…

Plus d’un quart de siècle s’est écoulé depuis qu’une bande de jeunes Canadiens pleins de vie a fait son entrée sur la scène internationale du ski.


Lors de la course d’ouverture de la saison 1975, cinq Canadiens inconnus, dont Ken Read de 20 ans, ont bouleversé la hiérarchie traditionnelle des courses de ski avec une victoire et un résultat d’équipe spectaculaire.


Serge Lang, journaliste français et fondateur des coupes du monde nomma ce phénomène qui balayait l’idée que seuls des européens pouvaient gagner les courses des coupes du monde «Crazy Canucks». Avec ce mot, il expliquait l’attitude intrépide que ces jeunes Canadiens montraient au monde du ski. Après quelques chutes spectaculaires cette réputation était cimentée. Ils faisaient partie de la bande : Jim Hunter, fils d’agriculteur, Dave Irwin, son père exploitait la région de ski de Loch Lomond près de Thunder Bay, Dave Murray, fils de pilote, Steve Podborski de Toronto et Ken Read qui avaient grandi les deux en ville mais avaient l’avantage de pouvoir skier dans les Rocheuses canadiennes; la saison de ski y dura 6 mois.


En janvier 1976, Dave Irwin était en train de faire le meilleur temps sur la Descente du Lauberhorn quand il finit dans les balles de paille protectrices du «Schuss» d’arrivée.

Le jour suivant, Dave et Ken Read furent victimes du virage dangereux après avoir passé l’effrayante «Minschkante» et un nouveau nom était né – Canadian Corner. (link sur le tracé des courses)


Ce n’était pas que les victoires ou l’intrépidité qui mettaient les Canadiens au centre de la coupe du monde. Ils défiaient les équipes dominantes de Suisse et d’Autriche. Ils aimaient participer aux courses et le montraient. En tant qu’outsider ils savaient ce que ça coûtait d’être pendant des mois loin de la maison, ils travaillaient en équipe, échangeaient les informations et s’aidaient mutuellement. Leur grande estime de la tradition des courses et des beaux lieux de déroulement des courses classiques, leurs efforts pour parler l’allemand, le français ou l’italien leur valaient de la sympathie.


Aujourd’hui, le nom «Crazy Canuck» est un héritage dont on est fier dans le sport canadien. D’endosser un maillot des Montreal Canadians signifie la réalisation de ses rêves pour un joueur d’hockey, d’être nommé «Crazy Canuck» montre à un coureur qu’il a fait son entrée dans les courses de coupe du monde. Au début, beaucoup de personnes pensaient qu’une victoire dans une course de coupe du monde était un objectif inatteignable pour un Canadien. Cinq jeunes gens et leur coach n’eurent pas peur d’essayer. Aujourd’hui, la barrière n’existe plus pour des milliers de coureurs canadiens. Ces futurs jeunes champions rêvent d’être un jour appelé «Crazy Canuck».